Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com

 


 

 

un blog pour raconter des histoires ou les inventer (en rose)

Archives

Please reload

 
 

*le ratirage : ce vilain geste consiste à mordre d’une ou de plusieurs raies le champ du voisin. En résumé du vol. La passion de la terre acquise are par are rencontre là son expression extrême.

J'habite à la campagne, un lotissement qui,  comme beaucoup, a été construit sur d'anciennes terres agricoles. La maison où je vis fait partie de ces hameaux isolés de la commune; en 1825, à l'époque de l'établissement du cadastre napoléonien, trois maisons existaient déjà au hameau de La Buchette, deux ménages parents y vivaient dont ma voisine est la descendante directe.

C'est dans les années 1800 que la famille Viannay apparaît à Lissieu, venant de Dardilly. S'ils ont un lien de parenté avec le brave curé Viannay, c'est un c...

 L'héritage de Johnny fait la une depuis plusieurs semaines et chaque jour apporte de nouvelles révélations. Les magazines people les relayent mais cela va plus loin : Michel Onfray se prononce https://youtu.be/jMiz7ArULzg , la revue Capital nous explique…on appelle sur les plateaux des notaires et des avocats, mais aussi des conseillers familiaux et des sociologues de la famille...ce qui n'a jamais été le cas concernant les dispositions testamentaires de Liliane Bettencourt.

Les titres sont frappants et les prises de position tranchées :

  • Johnny Halliday aurait-il commis l’irréparable en déshéritant ses enfants ?

  • 73 % des Français ne comprennent pas le testament de Johnny.

  • Lætitia, ange ou démon...

60 ans séparent ces deux photos. Avant hier en Allemagne, la petite fille à droite sur la photo en noir et blanc mariait son fils aîné qui m'avait invitée !

Revenons un peu sur l'histoire de cette longue amitié.

En 1957, nos pères (Paul et Dietrich) se sont rencontrés grâce à une petite annonce dans un journal professionnel et ont entretenu à partir de là une amitié épistolaire qui n'a jamais cessé. La photo en noir et blanc date sans doute de la première visite en Allemagne de mes parents.

Dans les années 60 et 70, nous les enfants, passons avec les parents plusieurs fois des vacances ensemble en France, en Allemagne ou en Espagne .

Nous nous perdons un peu de vue dans les années 80 (les occupations de la trentaine et d...

Qui s'intéresse aux histoires de vie et aux histoires familiales se pose un jour ou l'autre la question de savoir si les traumatismes vécus par les ancêtres peuvent faire souffrir leurs descendants ?

On sait que nous héritons de nos parents (et avant eux de leurs propres parents) un matériel génétique qui détermine en partie de ce que nous sommes.

On a certes l'intuition que les grands drames vécus par les parents peuvent avoir un retentissement sur leurs enfants mais de là à tirer des conclusions vérifiées de notre génosociogramme (comme le définit Anne Ancelin Schützenberger), il reste un grand pas à franchir ! Bien sûr, on peut faire des hypothèses et je ne m'en prive pas dans ma propre généalogie, mais comment les...

 Ecrire des livres, c'est bien mais les faire connaître est difficile.

C'est pourquoi je remercie Andrée Lagarde d'avoir bien voulu se pencher sur mes productions qui sont disponibles sur amazon ou sur demande à danielegodardlivet@gmail.com

En 1846 à Vollore-Montagne (Puy-de-Dôme), lorsqu'elle épouse Pierre Sauzede  Marie Lévigne  sait signer ainsi que ses témoins; en revanche, son mari ne le sait pas.

En cela, ils détonnent par rapport aux cartes publiées à l'occasion de l'enquête de Maggiolo selon lesquelles les signatures des femmes sur leur acte de mariage ont toujours été en moyenne moins fréquentes que celles des hommes; en 1871-1875, en moyenne 78% des hommes signaient leur acte de mariage contre 66 % des femmes; et l'écart était encore bien plus grand dans les périodes considérées précédentes  avec des moyennes (1686-1690 en moyenne  sexes confondus 21%, 1786-1790 en moyenne  sexes confondus 37%).

Marie Lévigne réside de plus dans...

Please reload