• Danièle Godard-Livet

Et si on changeait d'équipe municipale à Lissieu ?

Mis à jour : mars 3


Lissiloise depuis 20 ans, j'ai passé toute ma jeunesse à Puy-Guillaume et c'est le jour pour en parler puisque aujourd'hui la petite ville enterre dans son cimetière communal son ancien maire : Michel Charasse en présence du Président de la République et de beaucoup de personnalités nationales ou régionales.

Puy-Guillaume est une petite ville ouvrière de 2700 habitants au milieu des champs où mes parents se sont installés après la guerre et où ils sont enterrés. J'en ai même fait un livre Une vie à Puy-Guillaume qui se vend bien à la librairie locale Les petits papiers (mieux que sur amazon où il est aussi disponible).

Etudiante à Clermont-ferand, puis à Paris, puis parisienne pendant 30 ans, comment ai-je pu conserver le souvenir d'une jeunesse heureuse et impliquée dans cette bourgade ? Grâce à l'équipe municipale ! Nous avons pu créer un club des jeunes et de multiples activités qui rendaient nos week-end agréables. Au-delà de cet épisode, c'est tout le mode de vie de Puy-Guillaume qui a été conservé (tout en étant modernisé) par ses équipes municipales. Cela m'a fait réfléchir à nos prochaines élections municipales et aux pouvoirs que peuvent avoir des élus qui restent proches de la population.

Michel Charasse fréquentait les commerces et les cafés de Puy-Guillaume, connaissait l'histoire des familles (y compris les drames et les conflits qui avaient pu les déchirer), répondait rapidement à leurs courriers, s'intéressait aux puy-guillaumois jusque dans ses fonctions parisiennes et les recevait même à l'Elysée si nécessaire. Il avait, certes, une connaissance des rouages et des leviers et l'appui de réseaux et de solidarités que peu d'élus locaux peuvent rêver d'avoir. Néanmoins, je mesure maintenant l'importance de sa compréhension profonde de l'histoire locale et de son intérêt pour les gens aussi modestes soient-ils qui lui ont permis de faire adhérer l'ensemble de la population à sa vision pour cette petite ville. Tout n'est pas rose aujourd'hui à Puy-Guillaume bien que la ville ait conservé ses emplois ouvriers (sa verrerie) et ses commerces et que le nombre d'habitants reste stable depuis les années 80, elle souffre de la distance à la métropole Clermont-Ferrand (50 km) et compte 35% de retraités dans sa population actuellement.


C'est un peu des qualités de Michel Charasse que j'ai retrouvées chez Charlotte Grange lors d'une réunion publique : une qualité d'écoute, un souci de tous et du réalisme dans les engagements.Il y a plusieurs manières de faire ou de ne pas faire dans une petite commune : la première est s'abriter derrière les règles de la métropole (de l'Etat, de l'Europe) ou de rappeler aux habitants qu'ils doivent se mettre tous d'accord...avant que le moindre changement soit envisagé ; la seconde est de négocier avec les autres niveaux de décision et de susciter l'engagement de tous dans des projets communs.

Rester proche de la population n'est pas qu'une histoire de communication ! Un beau journal communal, des enquêtes de besoins et des professionnels de la communication n'y suffisent pas, il y faut autre chose : une accessibilité, une proximité d'humain à humain, une écoute, une compréhension, une capacité à faire émerger une envie commune de vivre à Lissieu et pas ailleurs.

C'est pourquoi je vais donner ma préférence à la liste conduite par Charlotte Grange car Lissieu a besoin de femmes, de jeunesse, d'élus vraiment locaux plus que de techniciens et d'administratifs.




314 vues

Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com