• Danièle Godard-Livet

Les hôtels-restaurants qui ferment ou disparaissent


ARN, Romans-sur-Isère, valentinois, depôt de bilan
photo Eric Tabuchi (ARN)

Il y a beaucoup d' hôtels-restaurants qui ferment ou disparaissent dans l'atlas des régions naturelles. Ils exercent sur moi une fascination que j'ai du mal à m'expliquer.

Est-ce à cause d'un lointain souvenir d'une histoire de famille ? Mon grand-père n'a pas repris l'hôtel-restaurant que son grand-oncle (mort en 1901) avait créé à Sail-sous-Couzan et légué à ses deux neveux. Ils sont tous les deux restés paysans, Sail-sous-Couzan n'est jamais devenue station thermale malgré sa source prometteuse et sa gare et il ne reste plus trace de ce qui devait être un bien modeste établissement, sans comparaison avec l'hôtel des Roches...qui a été reconverti en logements.

Il flotte tant de souvenirs sur ces établissements délaissés, témoins de plaisirs de moments de vacances, d'ennui des voyageurs de commerce, de secrets d'amours illégitimes, d'excès de repas de famille...



Je ne connais pas l'hôtel-restaurant Le Beauregard de Romans-sur-Isère. Peut-être a-t-il désormais disparu comme cet hôtel-restaurant de Chabeuil (c'est tout près de Romans sur Isère) dont je me suis fait raconter l'histoire et dont j'ai retrouvé sur le net une carte postale ?

relais du soleil, Chabeuil
carte postale trouvée sur internet

Il s'appelait Le relais du soleil, il était proche de l'aéroport de Valence-Chabeuil et au temps où les caravelles faisaient deux rotations par jour (Paris-Valence), c'est là que dormaient les équipages, c'est là aussi qu'EDF organisait ses séminaires.

Le grand-père fondateur est mort, le TGV a remplacé l'avion, l'hôtel n'était plus aux normes... Fin de l'aventure !

Le terrain a été racheté, l'hôtel détruit et c'est aujourd'hui un tout nouveau lotissement qui occupe l'espace. Il s'appelle Plein soleil. C'est le père d'un jeune qui vient d'y acheter une maison qui m'a raconté l'histoire au bord du terrain de rugby de Chabeuil dont il réparait les limites.

Chabeuil, lotissement plein soleil, route de romans
photo DGL

Moi aussi, j'aime photographier la France et tous ces lieux où vivent mes concitoyens. J'aime les voir vivre et comprendre pourquoi et comment ça change. Parfois, il n'y a personne et je me contente de suivre un chat dans sa promenade ; d'autres fois, j'ai la chance de rencontrer quelqu'un qui connaît l'histoire et me la raconte.

En septembre, nous étions cinq photographes pour un workshop intitulé "A la rencontre du territoire de Chabeuil et de ses environs". Nous en avons fait un livre artisanal: Le voyage à Chabeuil, cinq photographes sous l'oeil de Pierre de Vallombreuse que vous pouvez voir ici

90 vues3 commentaires