top of page
  • Photo du rédacteurDanièle Godard-Livet

Lissieu et les plus démunis


l'asile de nuit de Lissieu (google maps)

Dès 1833 (dès qu'il y a une école et un instituteur) le conseil municipal de Lissieu établit chaque année la liste des enfants de familles pauvres admis gratuitement à l'école primaire* (pour les autres la contribution versée à l'instituteur est de 1 F par mois pour le premier niveau : apprendre à lire, et 1,5 F par mois pour le deuxième niveau: apprendre à écrire et chiffrer). A Lissieu, ils sont 10 en 1833 appartenant à 8 familles pour une population de 430 habitants.


En 1853, le bureau de bienfaisance est réorganisé *, il comprend le curé et 4 propriétaires conseillers municipaux. L’aide consiste essentiellement en secours en nature (70 % encore au début de la IIIe République) : il peut s’agir de nourriture, de vêtements, de matière première nécessaire au chauffage (charbon), de lait pour les enfants. Sauf exception, seuls les pauvres locaux sont éligibles à l’aide : la condition de résidence est fondamentale pour bénéficier des secours. Il s’agit à la fois d’éviter la surcharge des municipalités les plus généreuses au détriment d’autres, plus restrictives ou moins bien dotées et d’éviter les concentrations de pauvres en certains endroits, source de troubles. L’assistance ne s’adresse donc pas au déraciné, au vagabond, toujours suspect de se soustraire à l’ordre social mais au pauvre « intégré », membre stable d’une communauté de quartier ou de rue. A la fin du siècle, les bureaux, sans perdre leur fonction traditionnelle, se voient confier une partie de l’assistance nouvelle mise sur pied par les lois républicaines.


C'est en 1932 que le conseil municipal de Lissieu décide de construire un asile de nuit dans le bourg de Lissieu.

"Le conseil municipal ayant décidé le principe de la construction d' un asile de nuit destiné à donner un abri aux nombreuses personnes qui circulent depuis la période de chomage, Monsieur le maire présente au conseil municipal les devis de Monsieur Renard entrepreneur de maçonnerie s'élevant à 2292,34 F et de Monsieur Bertin charpentier s'élevant à 894,90 F Après en avoir délibéré le conseil décide de donner suite à ce projet considérant ces deux devis raisonnables et en rapport avec les travaux à exécuter et en approuve le montant total qui s'élève à 3187, 24 F"


Dans les années 50, c'est la construction de la cité des Longes** par le foyer Notre dame des sans abris, association 1901 créée par Gabriel Rosset. L'association se donne pour but, dans un contexte de crise du logement, d'accueillir et d'héberger des hommes sans abri; Rapidement le foyer se tourne également vers les familles. En 20 ans, 1500 logements sont créés. En 1972, une société d'HLM du Foyer Notre dame des sans abris qui deviendra la SA HLM Gabriel Rosset, dont l'OPAC du Rhône sera actionnaire majoritaire jusqu'en 1999.


En 2019, la famille Chaine donne le domaine des Calles à Habitat et Humanisme. La maison de maître et les bâtiments de la ferme sont réhabilités en logements pour accueilir 39 ménages et les terres seront mises en valeur par les locataires. Le projet a été présenté aux Lissilois le 7 mars 2022. "De nombreuses questions ont été posées. Les réponses ont confirmé qu’il n’y aura pas d’achat locatif, que les résidents de la pension de famille seraient choisis par la Maison de l’Aide sociale, mais que, en revanche, les 17 logements familiaux et sociaux étaient ouverts à tous, y compris aux Lissilois et qu’il n’y avait pas de pénurie de bénévoles, malgré la crise sanitaire." source Le Progrès


Aujourd'hui, le site de la Métropole qui centralise l'offre et la demande de logements sociaux, affiche pour Lissieu 122 logements sociaux existants et 42 demandes en attente.


source https://www.grandlyon.com/services/habitat-et-logement

* la mesure perdurera jusqu'à la gratuité de l'école primaire pour tous en 1881. Le conseil municipal de Lissieu adoptera encore longtemps la liste des enfants pour qui les fournitures scolaires sont gratuites. En 1899, ils sont 32 à Lissieu (16 filles, 16 garçons) pour une population de 530 habitants. Parmi ces 16 garçons, 6 seront inscrits au monument aux morts de la Grande Guerre, 20 ans après. * il existait donc avant, mais il faut que je retrouve la date. Ces bureaux ont été créés par la révolution sans obligation pour les communes pour remplacer les oeuvres de charité paroissiales.

En 1953, par fusion avec les bureaux d'assistance créés par la loi de 1893, ils donnent naissance aux bureaux d'aide sociale qui deviendront (loi de 1986 et surtout décret de 1995) les centres communaux d'action sociale.

* la cité des Longes est implantée à la limite sud de Lissieu sur la commune de Dardilly en retrait de la D306, entre la voie ferrée et le Semanet, tout près de Bois Dieu.

82 vues0 commentaire

Comments


bottom of page