• Danièle Godard-Livet

Lissieu : la patience du jardinier ou l'appétit du propriétaire de carrière


Carrière d'argile à St Paulien (Haute Loire)

Exploiter les ressources naturelles de l'environnement est le propre de l'homme depuis toujours, depuis nos ancêtres chasseurs-cueilleurs qui courraient toute leur vie derrière leur nourriture et leurs vêtements.

Ce n'est que récemment qu'on a fait la différence entre ressource durable et non-durable, sans que cela empềche de puiser dans les stocks de ressources non renouvelables ou lentement renouvelables. Mines, forages, carrières exploitent des ressources non renouvelables ; leurs propriétaires évaluent leur valeur en fonction du temps qu'il reste avant d'épuiser la ressource.

A l'inverse des prédateurs de charbon, pétrole, minéraux divers, il y a ceux qui ont la patience du jardinier et font croître et pousser la ressource qu'ils soient agriculteurs, éleveurs ou éducateurs et ne prélèvent que ce qu'ils ont contribué à faire grandir.

Dans le cas de la forêt, ces deux logiques s'affrontent : exploiter la forêt comme une carrière ou l'exploiter comme un jardinier.


A Lissieu dans l'espace boisé classé de Montavallon, c'est l'intégralité des chênes centenaires (130 arbres) qui a fait les frais d'un exploitant de carrière dans une logique pécuniaire de liquidateur s'appropriant 100 à 200 ans de croît naturel !

C'est aux rêveurs, aux poètes qu'il laissera désormais la place, aux adeptes de la méthode Miyawaki à qui on proposera d'acheter des crédits carbone et des déductions fiscales pour replanter la forêt. C'est ce que propose l'association Terres de forêt dont la municipalité de Lissieu s'est entichée. "Créez votre forêt, un impact écologique tangible et responsable" est leur slogan.


Dîtes-moi que je rêve ! Dîtes-moi que ce n'est pas vrai ! Dîtes-moi que c'est injuste et que cela devrait être interdit ! Dîtes-moi que ce n'est qu'en Amazonie que les chercheurs d'or ou les planteurs de soja saccagent la forêt !


Et bien non, je n'ai pas d'hallucination, c'est à Lissieu que ça se passe, devant chez moi. Le problème est plus vaste et plus ancien et ne concerne pas que Lissieu comme le rappelle cet article de 2016 du Monde diplomatique : Braderie forestière au pays de Colbert.

Mais pour ce qui concerne Lissieu, regardez, c'est ici.



88 vues0 commentaire