Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com

 


 

Réseaux, mon beau souci

 

Pensez-vous souvent aux réseaux ? Ceux qui nous apportent l'eau, l'électricité , le gaz, internet, ceux qui emportent nos eaux usées ...

 

On n'y pense rarement et pourtant ! Des travaux sur la route, une panne, le raccordement à la fibre alors que les vieilles gaines de téléphone datent, l'installation d'un dispositif d'épuration dans une commune qui n' est pas pourvue de tout-à-l'égout et voilà que la dure réalité des réseaux se rappelle à vous.

 

C'est comme les déchets qui sont évacués (triés ou non) sans que vous y pensiez. Il suffit d'une grève des éboueurs pour prendre conscience du volume considérable de nos ordures.

 

Ces réflexions oiseuses m'ont inspiré une petite nouvelle que je vous livre. Je la dédie à Andréas que ces soucis empêchent souvent de dormir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une quantité de petits détritus

 

« Une quantité de petits détritus », c’est ce que disait une invitée au vernissage de ma dernière exposition en commentant mes photos. Visiblement elle n’y connaissait rien, car mes images sont faites avec des amas d’ordures, des poubelles qui débordent, des bennes surchargées, des décharges publiques ou sauvages, pas avec de petits détritus, même en quantité. Une novice qui découvrait mon œuvre avec son regard naïf, peu au fait des courants de l’art. Il y en a toujours parmi les visiteurs de chaque galerie.

Les ordures sont mon gagne-pain. À l’affût de toutes les grèves des éboueurs de la planète, de toutes les journées de nettoyage de printemps, je peux courir de Beyrouth à Montréal pour saisir la quintessence du déchet. Ou simplement me balader dans la campagne tunisienne où volent au vent les sacs plastiques qui prennent si bien la lumière.

C’est en voyant pour la première fois une photo de crotte de chien prise par Martin Parr que j’ai su que je tenais un sujet. Un sujet actuel et planétaire, multifacette et coloré, et qui se vend bien. Je sature moins mes couleurs que lui et j’ai encore un peu de mal avec les déchets nauséabonds. J’ai commencé par les mégots de cigarettes qui jonchaient autrefois les trottoirs. Ils ont presque disparu dans les pays civilisés ; dans les autres où l’on fume encore partout, ils sont toujours passés inaperçus sous le flot des immondices. J’ai opté pour plus gros, plus démonstratif, parfois théâtral.

Mon œuvre est admirée, encensée parfois. "Rebelle, dérangeant, rugueux" écrivent les critiques, "une mise en accusation de la société de consommation". Ma côte n'est pas encore celle du maître, mais j'ai largement assez pour vivre confortablement.

Je sais qu’en rentrant chez eux, ils remplissent leur poubelle et la descendent sagement au bas de l’immeuble ou devant chez eux. Les éboueurs passent, tout est net et ils oublient. Se demandent-ils où partent leurs déchets ? Où croient-ils que mes photos sont prises ? Sans doute s’imaginent-ils que toutes viennent de contrées reculées, de peuplades inéduquées, gérées par des services défaillants ou mafieux.

 

Moi, je sais où vont vos ordures, braves gens; elles sont brulées et vous les respirez, enfouies pour vos petits-enfants, embarquées sur de grands cargos pour aller s’échouer vers des rivages lointains, pas si loin du club de vacances que vous rêvez de fréquenter. Je les suis et j’aime ça. Je m’intègre au grand cycle de la rudologie avec mes amis les oiseaux et les casseurs d’épaves. Je vous les montre et vous ne voyez rien. Les éboueurs sont en grève depuis deux jours et vous paniquez. Soyez patients, un jour viendra où vous croulerez sous des sacs poubelles abandonnés sur la voie publique, où le moindre recoin débordera de détritus, où vous vous fraierez un passage entre les canapés éventrés, les machines défoncées hors d’usage. Vous foulerez l’immondice dont personne ne voudra. Et peut-être ferez-vous une pause pour réfléchir. Je n'en suis même pas sûr.

Quand viendra ce temps, j’aurai construit ma cabane en rondins au fond des bois et je regarderai attendri mes poules picorer le petit tas de fumier que me donneront mes chèvres pour engraisser mes parcelles de légumes.

 

 

Please reload

Posts récents
Please reload