Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com

 


 

Petit matin à Coyoacan

 

Le samedi c’est jour de marché à la Duchère, au pied d’une des barres d’immeuble, dans un parking. Pas très dense en août, mais fréquenté quand même dans cette zone d’habitation que tous les commerces de détail ont délaissée (sauf la pharmacie) depuis longtemps. Il a plu pendant la nuit, l’air est frais et léger, humide, tout lavé de la poussière des chaleurs précédentes. Sous les tentes rouges et le pawlonia qui égoutte ses grandes feuilles, on pourrait se croire loin, à Mexico pourquoi pas, un petit matin à Coyoacan. Ça en a la fraicheur et l’exotisme discret.

Des femmes voilées font la manche en arabe et des témoins de Jéhovah proposent leurs brochures en français et en arabe « Six valeurs à transmettre à vos enfants ». Elle achète du persil plat à un marchand qui assure le cultiver dans son jardin. Il est d’un vert brillant, fourni et pas cher.

 

Elle a fait le trajet avec deux vendeuses (Besson — chaussures et Aubert — puériculture) qui embauchent à 10 h et 11 h. Elles viennent de Chasselay, en voiture jusqu’à Limonest cimetière puis en bus. Amusées par les photos, curieuses et maquillées, de bonne humeur, un vrai plaisir. Alors qu’elles descendent pour rejoindre leurs postes, une jeune fille noire monte avec un gros paquet qu’elle tient précautionneusement. C’est un énorme gâteau tout jaune avec de grandes oreilles (le pokémon pikachu ?) pour l’anniversaire de son petit frère Jao Gabriel qui a cinq ans, une pièce unique réalisée par un cake designer « Ô gourmandises de Mary » qui exerce au 1 rue du Tronchon à Champagne au Mont d’or. Sur son site internet, ce titulaire d’un CAP de pâtisserie propose des gâteaux pour des évènements (« pâtisserie événementielle ») et des ateliers d’initiation. 60 euros au moins le gâteau et ateliers de la journée à partir de 170 euros (plus cher qu'un atelier d'écriture !). Restez connectés sur Instagram et Facebook.

 

Au retour, elle s'arrête dans la zone commerciale pour explorer le Cultura qui vient d’ouvrir, premier établissement culturel dans cette zone dédiée à l’aménagement de la maison, à l’habillement et aux produits sains (biocoop, la vie Claire). Un couple descend aussi, lui élégant polo orange assorti aux tennis, elle tout en noir et nu-pieds de plage, leur bébé en poussette, gras et boutonneux les yeux dans le vague n’émet pas un son. La mère lui donne pourtant un biberon d’eau puis lui confectionne dans le bus un biberon de lait. Six dosettes de poudre dans des récipents ampilables ; elle en verse une dans le biberon, puis de l’eau en bouteille et agite vigoureusement. Plus tard elle les reverra qui arpentent la zone commerciale en sens inverse. La zone n’a rien du charme d’un centre commercial pour les sorties du week-end. S’ils savaient, il leur suffirait de descendre le chemin de St André pour faire une promenade au frais dans le valon de Rochecardon, mais ils ne le savent pas. Comme à Coyoacan, si on ne le lui avait pas dit, elle aurait raté la maison de Frida Kalho et de Diego Rivera comme celle de Trotski, ce qui n’aurait pas été si grave car Coyoacan est de toute façon un très beau quartier, plein de grands arbres dans son souvenir.

 

 

 

Please reload

Posts récents

October 14, 2019

Please reload