• Danièle Godard-Livet

Lorsque le hameau du Mas à Lissieu s'appelait Pinet...


La carte de Cassini est la première representation complète et détaillée de la France. Elle a occupé trois générations de la famille Cassini de 1756 à 1818 et comporte 180 feuilles publiées. L'entreprise fut décidée et financée par Louis XV, puis financée par souscription avant d'être nationalisée par la Convention, au motif qu'elle contenait trop d'éléments utiles aux armées étrangères.

Les levées de la feuille de Lyon (n°87) ont lieu de 1757 à 1762, et l'exemplaire aquarellé conservé à la BNF* est particulièrement lisible. Ainsi était Lissieux (qui s'écrivait alors avec un x) au milieu du 18eme siècle (j'ai retracé les limites de la commune actuelle en rouge). Juste une paroisse comme Marcilly et Saint André du Coing ou Dommartin, entre les bourgs de Chazay et de Chasselay; Limonest n'était même pas paroisse, ni bourg.

La route royale de Lyon à Paris par la Bourgogne *y figure. Trois châteaux : ceux de Lissieux, de Montfort et du Baudy (qui ne s'appelait pas encore Bois Dieu). Deux hameaux à Plambo et Dars. Des fermes à Pinet, la Roue, la Guerre et Dodat. Les châteaux de Montvallon, de la Roue ou des Calles ne sont pas encore construits. Y figure également une chapelle : Notre Dame des combes, chapelle édifiée pour les frères jean Baptiste et Guillaume hermites de l'ordre de St Antoine dans le bois des Combes pour leur hermitage à compter de 1701 (archives du Rhône - inventaire sommaire des archives antérieures à 1790). Qu'est devenue cette chapelle de Notre Dames des Combes qui avait sans doute un lien avec l'hermitage découvert à Poleymeiux au Mont-d'or qui figure aussi sur la carte de Cassini sous le nom de Chapelle de St Antoine ? Le hameau de la clôtre n'apparaît pas et c'est plus qu'étrange mais qui pourra me l'expliquer ?

Les tracés des ruisseaux me laissent perplexe ; pas tant ceux des gorges et de Lissieu qui rejoignent l'Azergues au nord, que ceux des ruisseaux du Sémonet et du Grévy au sud. Qui pourra m'éclairer ?

En revanche, qui d’autre que moi avait remarqué que le hameau du mas ou des mas s’appelait Pinet sur la carte de Cassini , ce hameau dont je sais (dont tout le monde sait) qu’il était habité autrefois par les Pinet de la côte du Mas, à ne pas confondre avec les Pinet du bourg ? Tout le monde vous le dira, c’est même la première chose que l’on vous dit à propos des Pinet : il y a les Pinet du bourg et les Pinet de la côte du Mas. La maison de maître , la grange, le cuvier et la ferme font désormais partie des éléments de bâti patrimonial à préserver comme témoignant d'une architecture rurale typique liée à l'activité agricole et participant à l'identité lissiloise. Le chemin de la côte du mas en partie privatisé désormais est noté comme un cheminement à conserver entre le chemin de Marcilly et la départementale 16.


* accessible sur internet

* Volontairement, la limite de la commune ne suit pas la route royale,. Le tracé en a été rectifiée au cours du temps et cette limite a donné lieu à des contestations (tranchées par le Préfet) entre les maires de Lissieu et Chasselay lors de l'établissement des limites cadastrales en 1824.

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout