top of page
  • Photo du rédacteurDanièle Godard-Livet

Bientôt 9 mois...


Le 4 février dernier, comme on parlait tous les jours de Wuhan et du confinement de ses habitants, j'avais voulu aller voir sur google earth à quoi ressemblait cette mégalopole chinoise pour en parler dans mon blog.

Aujourd'hui, bientôt 9 mois après, j'ai acheté un petit livre paru en septembre 2020 : Un hiver à Wuhan d'Alexandre Labruffe nommé conseiller culturel à Wuhan à l'automne 2019.

C'était une mauvaise idée démoralisante qui m'a fait prendre conscience que cela faisait bientôt neuf mois que nous étions passés de l'incrédulité à la sidération, puis de la prudence à l'absolue imprévisibilité sur l'avenir.

Le livre est à côté de moi sur la table et je n'arrive pas à le reprendre.

J'avais gardé jusqu'à hier un moral égal et optimiste, annulé des voyages et des vacances mais fait des choses, gardé des contacts, fait un peu de sport, accepté de bonne grâce toutes les restrictions qui ne transformaient pas fondamentalement ma vie de retraitée, suivi les informations et les débats autour de la meilleure manière de venir à bout de la pandémie et tout d'un coup ces "grandes vacances" me pèsent. Je crains la déprime.

Je sais bien que l'allergie à l'incertitude sur l'avenir est le fait des grandes névroses et je vais me reprendre, faire des projets (quitte à les annuler), construire une autre vision de l'avenir positive, car tout cela aura une fin. Mais quand même, prendre conscience que depuis bientôt neuf mois, nous vivons dans l'incertitude du lendemain n'est pas chose facile, encore moins avec le début de l'hiver et même avec les bonnes nouvelles qui arrivent (vaccin, allègement des restrictions ). Et vous, comment allez-vous ? Racontez-moi !

A demain, pour des nouvelles plus optimistes....


41 vues6 commentaires

6 Comments


Danièle Godard-Livet
Danièle Godard-Livet
Nov 23, 2020

Merci Carole pour ce long message qui reflète bien l'ambiance générale.

Like

carole.isberie70
Nov 22, 2020

Ça me pèse plus que pour le premier confinement. Malgré de nombreuses activités sur Internet, des réunions, des formations, des conférences, .... pas évident quand on vit seule. Envie de serrer la main, faire des bises, prendre quelqu'un dans ses bras, donner des cours "en réel", chanter en vraie répétition, et pas devant un écran où tout est désynchronisé par la disparité des débits d'Internet.... Au premier confinement, j'étais blessée et sans voiture, j'avais besoin de l'aide de mes voisins. Plus maintenant. Et puis l'applaudissement aux fenêtres, ce n'était pas seulement pour les soignants, c'était aussi un moyen de se retrouver tous tous les soirs (Ah, la langue française ! Je viens de me rendre compte que ma dernière phrase…

Like

Danièle Godard-Livet
Danièle Godard-Livet
Nov 21, 2020

Merci Chantal. J'imagine que pour les indépendants, c'est plus dur que pour moi. Oui l'instant présent ! Cela fera neuf mois que je n'ai pas foulé un tatami...alors que je pratiquais cinq heures par semaine entre aïkido et Qi Qong. on continue un peu avec Norbert.

Like

chantal.ayroles
Nov 21, 2020

L'incertitude du lendemain, j'avais appris à vivre avec, de part mon statut d'indépendant, et c'était un choix personnel plus ou moins bien assumé... Dans le contexte que nous vivons, je me sens impuissante, dans une impasse par moment découragée mais grâce aux enfants j'arrive à prendre du recul. Ils ont une faculté d'adaptation que j'admire et qui me donne du courage ! Vivons dans l'instant présent ! Merci pour tes partage d'états d'âme Danièle.

Like

Danièle Godard-Livet
Danièle Godard-Livet
Nov 20, 2020

Merci Aude. des bises pour toi.

Like
bottom of page