• Danièle Godard-Livet

En voyage avec George Sand


La couverture m'a plu. Elle est l'oeuvre de Nino Cocca, un italien qui vit à Lyon et pratique le néo-surréalisme. Comme le monde est petit ! J'aime cette vision de Georges Sand avec sa malle et son sac de voyage sur un quai de gare avec Maurice et Solange, ses deux enfants (qui ne l'accompagnaient pas toujours) et ce TGV qui arrive au loin.

C'est la couverture d'un livre conséquent (762 p.) de deux passionnés qui ont repris toutes les lettres de George Sand pour la suivre dans sa passion du voyage... passion dont elle se servait ensuite pour situer les intrigues de ses romans. Une enquête qu'ils ont datée, indexée, documentée ; des lieux qu'ils ont recherchés, visités et photographiés.

J'ai voulu retourner au Puy en Velay, place du Breuil, pour retrouver l'hôtel des ambassadeurs où séjourna George Sand en 1859... car la photo actuelle qu'ils en donnent est décevante (et aurait pu se situer n'importe où), et à mon avis mal située.

Pas de chance, les toilettes étaient en réfection lors de la campagne de photo de Google Maps, les platanes ont poussé, la fontaine Crozatier est toujours là (elle a été construite entre 1857 et 1859 mais George Sand n'en parle pas) et voici où se situait l'hôtel des ambassadeurs qui abrite désormais au rez de chaussée un opticien et une maison de la presse, à côté d'une brasserie et sans doute des logements. Et ce n'est pas la bonne façade que les auteurs de "Voyager avec George Sand" ont photographié en 2017.




la façade selon google


dans le livre "voyager avec George Sand"

La ville a bien changé depuis 1859. La grande place et le jardin sont toujours là, mais la ville s'est étendue bien au-delà des limites de l'époque. le train est arrivé en 1866 (reliant Le puy à St Etienne), puis en 1874 (reliant le Puy à Clermont-Ferrand)


situation de l'hôtel des ambassadeurs en 1859 et de l'hôtel du Val vert en 2021
collage "remonter le temps" IGN

Tout en faisant ces recherches amusantes mais inutiles, il me revient que j'ai passé du temps dans un hôtel du Puy-en-Velay pour une enquête auprès d'agriculteurs ayant contracté un plan de développement dans les années 70. Impossible de me rappeler le nom de cet hôtel ! Il ne me reste que le souvenir de l'accueil très chaleureux du directeur départemental de l'agriculture qui venait d'arriver d'un poste dans l'île de la Réunion et d'une procession impressionnante dans la cathédrale du Puy où les encensoirs étaient encore largement utilisés et fumaient allègrement..



19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout