• Danièle Godard-Livet

Isolement - jour 33


comparaison du cadastre de La Buchette entre 1825 et aujourd'hui

Je suis retournée à mes recherches généalogiques. Ma voisine descendante d'une famille présente depuis deux siècles à Lissieu a déposé un projet de partage en quatre lots du terrain dont elle a hérité ; c'est l'histoire de cette transformation de mon quartier que je veux raconter.

Lissieu était en 1825 une bourgade agricole au bord de la grande route de Paris à Lyon par la Bourgogne (tout en bas des plans). Il y avait encore de grands propriétaires comme Guyot de Lissieu (en jaune) qui possédait sur la commune bien d'autres terres que celles de la Buchette- le domaine de La roue en particulier- et puis beaucoup de petits propriétaires cultivateurs qui avaient acquis des parcelles au fil du temps. Des parcelles de vigne, mais aussi de terres et de près.

En 1825, les ancêtres de ma voisine possédaient déjà plusieurs parcelles (en vert sur le plan et sans doute celles qui jouxtent ma maison et où se trouvaient leur(s) habitations et bâtiments d'exploitation. Quelques unes des rares habitations de Lissieu qui était alors très peu peuplé (en rouge sur le cadastre napoléonien). En 1821, Lissieu comptait 338 habitants.

Depuis, les choses ont bien changé : deux lotissements et plus d'une centaine d'habitations (en jaune sur le plan actuel) et leurs piscines (en bleu) ont remplacé les parcelles agricoles. Les chemins anciens n'ont pas disparu (en bleu sur les deux plans), mais de nouvelles voies d'accès ont été crées (en rose). Lissieu compte aujourd'hui plus de 3000 habitants.

Cela me plaît bien d'habiter une maison qui a une longue histoire, toute imbriquée dans les constructions mitoyennes de l'ancienne Buchette et c'est la raison pour laquelle je veux la raconter. Mais il me reste encore beaucoup de travail.

43 vues

Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com