• Danièle Godard-Livet

Isolement -jour 43


urbanisme en cour de ferme (PLUh lissieu

Je ne suis pas urbaniste et encore moins architecte, mais je suis sensible à l'esthétique de l'urbanisme en cour de ferme que prône Lissieu dans son PLUH (p55) pour aménager les quelques hameaux historiques qui composaient autrefois la bourgade.

La Buchette est un des ces écarts historiques qui figurait déjà sur le cadastre napoléonien (1825) ou la carte d'état-major de 1820 ; moins ancien certes que Plambeau, Montfort, la Guerre ou le Baudy, sans parler des châteaux de Bois Dieu, de la Roue ou des Calles mais vieux de plus de deux siècles tout de même et encore fortement marqué par la tradition agricole qui l'a vu naître.

La Buchette à l'abandon depuis plus de 20 ans doit être réhabilitée et elle offre la possibilité de respecter cet urbanisme en corps de ferme (comme c'est d'ailleurs le cas du côté que j'habite). Il serait dommage que la cour réaménagée ne soit pas valorisée de cette façon et que s'y implantent à l'avenir des verrues disgracieuses (des garages par exemple) bien visibles de la rue ou que les nouvelles constructions tournent le dos à la cour de ferme.

Lissieu a déjà beaucoup de lotissements des années 70, désormais s'y développe une esthétique de la maison individuelle implantée dans un mouchoir de poche (pentu). Il serait dommage de renier ce qui nous reste de patrimoine agricole, témoignage d'un passé qui donne son caractère au village.

Tout cela n'a pas beaucoup à voir avec le confinement ou le déconfinement, mais souvenons-nous qu'il y aura un après...et qu'on a un peu de temps pour en parler .


carte EM 1820 - carte IGN





51 vues

Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com