• Danièle Godard-Livet

Le steack-frites et la baguette à 29 centimes, sans oublier le jambon-beurre contre le kebab


boulangerie Marie Blachère
photo ARN eric tabuchi et Nelly Monnier

N'avez-vous pas comme moi l'impression de ne plus connaître la France dans laquelle vous vivez ?

- certains trouvent honteux que Fabien Roussel, candidat communiste, défende le steak-frites ;

- d'autres s'insurgent contre la baguette à 29 centimes des centres Leclerc ;

- Zemmour fait du jambon-beurre un rempart contre le grand remplacement des kebabs.

Tout cela au nom de grands principes (combattre la mal-bouffe, défendre les animaux et le petit commerce de centre -ville) ou d'idéologies (la perte d'identité et le grand remplacement).

Effectivement, après avoir lu "La France sous nos yeux", je me dis que j'ignorais l'ampleur de beaucoup d'évolutions importantes. Le grand mérite du livre est de puiser à de nombreuses sources pour caractériser ces transformations, dater leur apparition, les cartographier et les mettre en graphiques; les statistiques INSEE, les sondages IFOP, les réseaux sociaux, les romans et les travaux photographiques.

Les titres de chapitres parlent d'eux-mêmes :

- Des usines aux zones commerciales et aux parcs de loisirs, nouveau modèle économique. La France devenue le terrain d'élection dans ce que les géographes nomment "la banane bleue", la zone la plus riche d'Europe de Londres à Milan ?Y compris pour la logistique illégale de la drogue ;

- La France désirable , la nouvelle hiérarchie des territoires : la France triple A, la banlieue entre boboïsation et ghettoïsation et la campagne...

- De la moyennisation à la polarisation des styles de vie : les vacances premium d'un côté et la France du discount de l'occasion et de la débrouille de l'autre ;

- Les métiers de la France d'après : les ouvriers de la logistique ont remplacé les ouvriers d'usine, services à la personne, chauffeurs VTC et livreurs, la nouvelle classe ancillaire les aides soignantes, bras invisible du secteur hospitalier et des EHPAD, nettoyage et gardiennage ou l'extension du domaine de l'externalisation, renouvellement du profil des commerçants et artisans, nouvelle bourgeoisie provinciale des franchisés, explosion des psychologues, coachs et thérapies alternatives, délitement de la forteresse enseignante, la start-up nation nouvelle bourgeoisie des métropoles ;

- Les métamorphoses du 0,01% : holdings et magnats de l'immobilier ont remplacé les capitaines d'industrie.

La cinquième partie présente une archéologie des couches culturelles françaises :

- un socle catholique qui affleure à peine ;

- des particularités régionales qui ne sont plus ce qu'elles étaient (de la PQR aux familles monoparentales en passant par les accents régionaux et la consommation d'huile d'olive) ;

- une couche yankee, passion française à laquelle s'ajoute une petite japantouch ;

- un mille-feuille culturel (c'est là qu'on parle de la blanquette, du steak-frites et des tacos et de la progression de l'alimentation halal) et un patchwork spirituel (des églises évangéliques à la culture psy et au chamanisme et autres spiritualités ésotériques).

Forte de cette lecture ( élu livre de l'année et vendu à plus de 300 000 exemplaires), j'ai eu l'impression de mieux comprendre les débats culinaires qui agitent ce début de campagne électorale. De là à faire de la prospective ou même à comprendre le nouveau visage de mon village où le prix de l'immobilier a augmenté de 28% en trois ans, où il n'y a plus d'agriculteur et où 38% de la population a fait des études supérieures au-delà de bac+2.... je préfère continuer à lire des romans comme le très bon "Leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu (Goncourt 2019) ou "les enfants des autres" de Pierrick Bailly où à regarder les photos de d'Eric Tabuchi et Nelly Monnier dans l'atlas des régions naturelles qui m'en ont plus appris sur les transformations de la France que bien des débats politiques.


camion friterie
ARN photo Eric Tabuchi et Nelly Monnier


69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout