• Danièle Godard-Livet

N'oublie pas de fermer la porte en partant !


Les jardiniers ont un don certain pour la récupération et une conscience jalouse de leur droit d'usage (à défaut d'être propriétaire). Il faut les comprendre : les prédateurs sont nombreux, animaux ou humains, et le potager, s'il doit en partie nourrir la famille, ne doit rien coûter. Il y a une véritable poésie des portes, portillons, porches ou portails des seuils de jardins. Cela donne parfois une impression de désordre, mais il ne faut pas oublier que tout peut servir, des tiges de bambou qui feront des rames pour les grimpantes ou des arceaux pour les tunnels-serres, aux tôles ondulées qui deviennent barrières comme les sommiers métalliques et autres grillages.Les contenants en tous genres, les tuyaux, les bâches, les baies vitrées, tout ce qui peut être rempli, tout ce qui peut transporter ou protéger s'entasse dans un coin de la parcelle attendant d'être utilisé. Les outils en revanche sont précieusement rangés dans la cabane sous la garde d'un cadenas et de chaînes.




26 vues

Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com