• Danièle Godard-Livet

Petit bois de Montvallon : J'ai rencontré la fille du coupeur de bois


Vous connaissez cette chanson pour enfants "j'ai rencontré la fille du coupeur de paille"; c'est sur cet air-là qu'on parle aux lissillois, comme à des enfants !


L'article du Progrès (7 avril 2021) s'étonne de l'inquiétude des riverains...pour donner uniquement la parole au coupeur de bois !!!! "coupe sanitaire", "accord du CNPF", "visite du technicien de la CNPF et de l'adjoint délégué aux bois et forêts de la commune et du conseiller délégué ONF de la commune", "arrêté de 2008". "L'organisme habilité a jugé que la parcelle avait une bonne potentialité sylvicole et que la plupart des arbres était arrivé à maturité". Maturité est-il synonyme de mort ? Vous ne comprenez rien à tous ces sigles et à cet avis, moi non plus !


Les explications du côté de la mairie ne sont pas plus claires, parfois même largement contradictoires au sujet de cette "toute petite parcelle, bien visible au coeur de Lissieu mais toute petite":


- certains arbres morts sont restés sur pied car "ils avaient perdu l'instinct de leur lieu de chute...suite à leur maladie. Il était trop difficile de les enlever."
- "si l'on n'avait coupé que 65 arbres, les 20 autres seraient tombés avec le vent, car les arbres d'une forêt se soutiennent entre eux pour se protéger du vent."
- "les vieux arbres n'absorbent plus de CO2 !"
- "les troncs, branches qui jonchent le sol (le bois de second oeuvre) resteront sur le terrain pour permettre la nidification des oiseaux et la reproduction de la faune !"
- "c'est dans les terrains mis à nu que la repousse est la meilleure, car il y a beaucoup de graines."
- "La commune souhaite désormais se passer de l'avis de l'ONF pour se rapprocher de terres de forêt" *pour la reforestation.
- "la reforestation nécessiterait de tout abattre et la replantation en ligne ne donnerait pas le bois romantique et sauvage que nous attendons".
- Il n'y a pas de projet de la mairie. Le propriétaire a payé son achat 1 200 000 euros et il gère sa communication lui-même.

Chers Lissilois, chères Lissiloises, vous pouvez ré-entonner la chanson et faire une farandole ou vous répéter le diction "Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage". Coupe sanitaire !


* Terres de forêt est une ONG créée en 2019 par Pierre (Petit-fils d’exploitants forestiers, je voue depuis toujours une passion aux arbres. « La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben est mon livre de chevet), Pauline (Issue d’une longue lignée de pépiniéristes, j’ai une passion pour le végétal que j’ai aujourd’hui envie de partager et d’inscrire dans une démarche écologique) et Natacha (Engagée depuis 10 ans dans le monde associatif et l’animation de réseaux d’entreprises, je suis convaincue que chacun peut faire un petit pas pour réduire son impact sur l’environnement !).

Terres de forêt gère actuellement 252 ha et il n'est pas douteux que son expertise et expérience en termes de gestion forestière valent bien, voire dépassent celles de l'Office National des Forêts (ONF) qui existe depuis 1966 et gère 11 millions d'hectares de forêts publiques !

Posts récents

Voir tout