• Danièle Godard-Livet

La pizza au camion, nouvel art de vivre (l'atlas des régions naturelles)


photo Eric Tabuchi et Nelly Monnier (ARN)

La première fois que des amis m'ont dit que le soir on irait chercher une pizza au camion, je n'en ai pas cru mes oreilles. Depuis, je me suis aperçue que la pizza au camion est une pratique très fréquente chez les jeunes et les citadins établis à la campagne (d'autres peut-être ?). Ils connaissent les jours de passage, ils ont leurs préférences, une carte de fidélité et commandent par téléphone.

C'est parfois très bon (Latillé, Villers-sur-mer, Denicé) meilleur et moins cher que dans la pizza du coin, parfois décevant (Fontaine de Vaucluse). J'y vais moi aussi désormais quand le frigo du camping-car est vide ou quand l'envie nous en prend. Il existe désormais un atlas des pizzas pour localiser les camions et les distributeurs de pizzas artisanales qui recense aussi les dénominations les plus fréquentes et les emplacements délaissés. Un secteur économique à part entière avec ses petites annonces de camions à vendre et d'emplacements à prendre.

Les buffets à volonté asiatiques ont leurs adeptes et leur clientèle, groupes nombreux ou mangeurs isolés. Toutes les entrées de villes un peu importantes ont leur buffet à volonté, à Vierzon comme à Villefranche. Leurs trois secrets de rentabilité : diminuer les charges de main d'oeuvre, constater que les gens ne mangent pas de plus grosses quantités (certains mettent en place une amende à ceux qui se servent trop et laissent leur assiette pleine !), donner l'impression au client de faire une bonne affaire et se rattraper sur la note finale plutôt plus élevée avec les boissons.

Ils transforment le paysage et nos habitudes et ils ne sont pas près de disparaître. Et dans beaucoup de campagnes endormies comment donner un air de fête à un banal repas du vendredi soir ? Aller chercher une pizza au camion, ou un kebab (St Florent -sur-Cher) près de chez vous. Essayez ! Vous ferez la queue si vous n'avez pas pris la précaution de réserver.


Photoss Eric Tabuchi et Nelly Monnier

Vous pouvez aussi contribuer à faire des textes pour l'atlas des régions naturelles en répondant à l'appel à contribution de l'escamoteur.

54 vues0 commentaire