• Danièle Godard-Livet

J'ai fait les devoirs avec mon petit-fils


Mon petit-fils a été exclu du collège ce matin pour cause de toux, et de suspicion de Covid. Tous les deux masqués et à l'air libre sur la terrasse, nous avons fait les devoirs.

En art plastique, il fallait faire trois à quatre croquis (chacun 5 minutes) donnant l'idée de vitesse. J'ai bien aimé ce qu'il a fait sur tablette...que nous avons, en plus, animé en fichier gif.

Pour l'anglais, il devait raconter son quotidien avec le vocabulaire connu. Même avec un outil de traduction, le résultat n'est pas fameux. Comme on n'apprend pas aux enfants à s'exprimer sur la vie de tous les jours, le résultat est d'un pauvreté affligeante. Par ailleurs, le traducteur automatique butte sur ses fautes d'orthographe en français... une bonne manière de progresser en orthographe !

Pour l'espagnol, nous n'avions pas la leçon à revoir... Ensuite, il devait poursuivre la lecture des nouvelles de Maupassant ! Je l'ai laissé seul et je ne suis pas sûre qu'il y ait passé beaucoup de temps. Quel dommage de gâcher le merveilleux Maupassant en quatrième ! Qui cela intéresse-t-il aujourd'hui à 13 ans ces histoires du XIXeme siècle ?

Cher Maupassant que j'adore, je relis le début du Baptème pour la peine :


Devant la porte de la ferme, les hommes endimanchés attendaient. Le soleil de mai versait sa claire lumière sur les pommiers épanouis, ronds comme d’immenses bouquets blancs, roses et parfumés, et qui mettaient sur la cour entière un toit de fleurs. Ils semaient sans cesse autour d’eux une neige de pétales menus, qui voltigeaient et tournoyaient en tombant dans l’herbe haute, où les pissenlits brillaient comme des flammes, où les coquelicots semblaient des gouttes de sang.
Une truie somnolait sur le bord du fumier, le ventre énorme, les mamelles gonflées, tandis qu’une troupe de petits porcs tournaient autour, avec leur queue roulée comme une corde.
Tout à coup, là-bas, derrière les arbres des fermes, la cloche de l’église tinta. Sa voix de fer jetait dans le ciel joyeux son appel faible et lointain. Des hirondelles filaient comme des flèches à travers l’espace bleu qu’enfermaient les grands hêtres immobiles. Une odeur d’étable passait parfois, mêlée au souffle doux et sucré des pommiers.
Un des hommes debout devant la porte se tourna vers la maison et cria :
— Allons, allons, Mélina, v’là que ça sonne !
Il avait peut-être trente ans. C’était un grand paysan, que les longs travaux des champs n’avaient point encore courbé ni déformé. Un vieux, son père, noueux comme un tronc de chêne, avec des poignets bossués et des jambes torses, déclara :
— Les femmes, c’est jamais prêt, d’abord.
70 vues

Tous droits réservés Danièle Godard-Livet 2018

danielegodardlivet@gmail.com