• Danièle Godard-Livet

Macron, de Vigan et Abécassis chez les influenceurs !


capucine Goalard en robe tutu rose mange un cupcake
extrait d'une vidéo publique de Capucine Goalard

Il aura fallu Emmanuel Macron chez Macfly et Carlito et les livres de Delphine de Vigan "Les enfants sont rois" et d'Eliette Abécassis "instagrammable" pour que je retourne voir ce qui se passait chez mes stars !

En novembre 2019, j'étais tombée sur la grande tribu des influenceurs (sur Youtube et Instagram) et cela m'avait fascinée tout un mois. Regarder leurs productions, suivre leurs formations, leurs stratégies financières et de défiscalisation et écrire les sept épisodes de blog "Eugénie crée son emploi". J'avais ensuite oublié leurs vies parfaites, leurs bonheurs insensés, leurs bisous et leur consommation effrénée.

a star, c'est Capucine Goalard, parce qu'elle est lyonnaise et travaille en partenariat avec un ami des enfants (le partenariat a l'air d'être tombé à l'eau, mais "ils sont restés très amis"). Capucine a eu un nouveau bébé (Honoré, petit frère d'Agathe) et fêté ses 30 ans, elle est toujours avec François, fait désormais des réels et consomme toujours autant dans sa vie extraordinairement bien remplie. Ses commentaires sont toujours aussi niais...mais pleins de bonheur et de bisous.

En revanche, depuis octobre 2020 la loi est passée par là pour protéger les enfants mis en scène avant 16 ans (horaires de tournage limités et consignation des gains générés) ... et l'on ne voit jamais Honoré de face ou alors avec un coeur en surimpression sur son visage !

Je ne mésestime pas le travail de Capucine (79 300 abonnés), "mère de famille et cheffe d'entreprise (eh oui, c'est possible)". C'est un travail à plein temps comme elle le montre largement dans sa formation Instapreneur, elle a acquis des compétences certaines en mise en scène et en vidéo (moins en scénario). Et même si ses vidéos doivent beaucoup à celles de Chiara Ferragni (23,6 millions d'abonnés), LenaMahlouf (3 millions), claramarz (1,1 million), mayaadorable (994 000), c'est un travail prenant ! Regardez Une journée avec Capucine et toutes les questions qu'il faut se poser pour faire une bonne vidéo (avec ou sans ballon ? avec cupcake, super mignon ! et les chaussures, quel dilemme !)


Delphine de Vigan se concentre sur les mères qui exploitent l'image de leurs enfants ; Eliette Abecassis est plus floue dans sa cible oscillant entre préservation de sa réputation privée sur Instagram et critique des influenceurs. Toutes les deux sont très dures vis-à-vis de ces formes d'utilisation des réseaux sociaux, addictives et décervelantes, qui vantent l'hyperconsommation. et des idéaux de vie assez déconcertants, centrés sur l'image que l'on donne de soi. Leurs deux histoires se terminent bien car l'addiction a une fin.


Il y a de tout sur Youtube et Instagram et même des réalisations plutôt réussies, marrantes et instructives pour les parents (LenaMahfouf par exemple qui a d'ailleurs fait un tabac avec un livre sous le nom de Lena Situations).

Il y a le pire et le meilleur sur Youtube et Instagram et les influenceurs me font moins peur que les prêcheurs d'idéologies complotistes comme le regrettable thierry casasnovas (578 000 abonnés) ou un local de l'étape (région lyonnaise) jesuisterreau (2000 abonnés).

Allez faire un tour dans cet univers virtuel !

Posts récents

Voir tout